DORMIR ? PENSEZ-Y AVANT DE PRENDRE LA ROUTE...

La Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable dévoile les premiers enseignements d’une grande enquête scientifique sur l’hypovigilance et incite les automobilistes à surveiller leur niveau de sommeil avant de prendre la route.

20 Décembre 2012

Les premiers résultats de l’enquête scientifique sur l’hypovigilance.

 

Pilotée par l’Hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) et financée par la Fondation VINCI Autoroutes dans le cadre de son programme de recherches dédié à la prévention des accidents de la route, l’enquête scientifique sur l’hypovigilance menée en juillet 2011 auprès de 3 500 conducteurs livre des résultats éloquents :

 

Près d’un conducteur sur trois (31%) accuse au moins une heure de déficit de sommeil par rapport à son temps de sommeil moyen quand il prend la route lors de grands départs en vacances. Pour 15% d’entre eux, cette dette de sommeil dépasse même les 2 heures.

42% des conducteurs déclarent ainsi avoir roulé sur des bandes sonores délimitant la bande d’arrêt d’urgence au cours de l’année précédant le trajet ; parmi eux, 15,8% en raison d’un épisode de somnolence et 71% à cause d’une distraction.

Près d’un conducteur sur 10 (9,4%) déclare avoir évité de justesse un accident au cours de l’année écoulée, en raison de somnolence ou de fatigue.

Se préparer pour les départs en vacances.

A l’heure des grands départs de décembre, la fatigue au volant est un enjeu crucial pour les conducteurs : les organismes sont usés, les jours ont raccourci ; de plus, les conditions météorologiques parfois difficiles rendent la conduite plus fatigante, notamment sur les longs trajets.

Or la somnolence au volant est la première cause de mortalité sur autoroute, avec un accident mortel sur trois. Elle est aussi responsable de 15 à 20% des accidents sur l’ensemble du réseau routier français. C’est pourquoi la Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable alerte les automobilistes : chaque conducteur doit prendre en compte son niveau de sommeil avant de prendre la route. Il s’agit d’un paramètre de sécurité essentiel, qui doit être intégré à la préparation du voyage au même titre, par exemple, que la vérification des niveaux du véhicule.

Une nuit complète de sommeil s’impose avant de prendre le volant pour un long trajet.