Erik Orsenna, parrain de la 2e édition de l’opération «Lire, c’est voyager; voyager, c’est lire »

Du 19 juillet au 24 août 2019, la Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable déploie un vaste dispositif à destination des adultes et des enfants pour transmettre le goût de lire, dans le cadre de la deuxième édition de « Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire ». Au total, 40 000 livres seront offerts cet été aux vacanciers dans les « Espaces lecture » répartis sur 27 aires du réseau VINCI Autoroutes.


Erik Orsenna, de l’Académie française, est le parrain de cette opération. Il a sélectionné une douzaine d’oeuvres de la littérature classique et contemporaine éditées par Gallimard dans la collection Folio pour les partager avec les voyageurs. Il sera présent ce vendredi 19 juillet sur l’aire de Sarthe Sargé Le Mans nord (A11) pour une séance de dédicaces et d’échanges placés sous le signe du plaisir de lire.


Les plus jeunes auront également accès tout l’été sur les aires à une sélection spécifique de livres jeunesse : avec le concours du Centre national du livre (CNL) et son opération estivale Partir en Livre, des centaines delivres jeunesse seront mis à la disposition des enfants pour une pause lecture. Par ailleurs, la Fondation leur offrira un livre à emporter sélectionné avec l’association Lire c’est partir. Enfin, des bénévoles de l’association Lire et faire lire, partenaire de la Fondation VINCI Autoroutes, se feront lecteurs et conteurs
d’un jour auprès des plus jeunes pour développer leur goût de la lecture.


Cette initiative répond à un double engagement de la Fondation VINCI Autoroutes : favoriser l’ouverture d’esprit, la découverte et le respect des autres par la lecture et prévenir le risque de somnolence au volant en incitant les vacanciers à prolonger leur temps de pause lors des longs trajets.

La Fondation VINCI Autoroutes offre 40 000 livres aux voyageurs pour transmettre le goût de lire et inviter à une pause littéraire.

 

 

Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire » : cela veut dire que lorsqu’on lit, on est plus grand.
Que l’on n’est pas assigné à résidence. On peut être tout en même temps.
Lire, permet d’être plus vivant, comme quand on est amoureux. C’est ça la lecture : quand on choisit
des livres, on circule à travers les âges, à travers les héros, à travers les pays. On voyage partout.

Erik Orsenna

Ecrivain

Erik Orsenna, passeur de lecture(s) sur la route des vacances

Sur invitation de la Fondation, Erik Orsenna a sélectionné dans la collection Folio de Gallimard une douzaine de romans et d’essais qui lui sont chers. À travers des notices de lecture personnelles, il invite les voyageurs à les découvrir pendant leurs vacances. Il sera présent le vendredi 19 juillet sur l’aire de Sarthe Sargé Le Mans nord (A11 sens Paris-province) à partir de 12 heures,
dans un salon de lecture à ciel ouvert
spécialement aménagé pour l’occasion. Écrivain voyageur par excellence, l’auteur de L’Exposition coloniale (prix Goncourt 1988), Portrait du Gulf Stream (2004), L’Avenir de l’eau (2008), Sur la route du papier (2012) ou encore Voyage au pays des bibliothèques (2019, avec Noël Corbin) rencontrera les vacanciers pour partager ses impressions de lecteur lors d’une séance de dédicaces autour de sa sélection littéraire et de son livre Passer par le Nord (collection
Folio, 2014), co-écrit avec Isabelle Autissier.


Ses conseils de lecture seront par ailleurs accessibles sur les 27 aires du réseau VINCI Autoroutes accueillant un « Espace lecture » de la Fondation, où chacun pourra emporter le livre qui l’aura séduit.

image

« Lire c’est découvrir le monde à travers un regard différent, écouter une autre voix que la sienne, et ce faisant apprendre l’attention à autrui. Le livre est aussi un objet qui se partage, se transmet et qui renforce le lien entre les individus… Un beau programme en cette période estivale où des milliers de vacanciers sont ensemble sur la route ! L’installation d’espaces de lecture sur les aires contribue également à prolonger le temps de pause et à rendre celle-ci plus apaisante. »

François-Brice Hincker

Directeur de la communication de la Fondation VINCI Autoroutes

Pour accompagner les plus jeunes dans leur découverte du plaisir de lire, la Fondation s’est également associée au Centre national du livre ainsi qu’à deux associations engagées de longue date dans cette mission.


Lancée par le Centre national du livre (CNL) sous l’égide du Ministère de la culture, la 5e édition de Partir en Livre
s’invite sur les 27 « Espaces lecture » de l’opération « Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire »
. Tout au long de l’été, une sélection de livres jeunesse (romans, BD, livres d’images, etc.) permet aux plus petits de se plonger dans les pages de centaines de livres. Mis à leur disposition pour une consultation sur place à l’ombre d’un arbre ou d’un tipi, les jeunes vacanciers peuvent eux aussi s’évader le temps que les conducteurs se reposent avant de reprendre la route. Et à l’occasion du 40e anniversaire du Livre de Poche jeunesse, 5 000 livres proposant des nouvelles sont offerts.


Par ailleurs, pour permettre aux enfants de prolonger cette « étape lecture », la Fondation s’est associée à Lire c’est partir et offre 10 000 exemplaires de deux titres Jeunesse choisis par cette association :

  • En forêt avec la Fée Danaé, de Judith Pincemin - pour les 4/5 ans
  • Sindbad le marin - pour les 9/10 ans

Enfin, partenaire de l’association Lire et faire lire, la Fondation a invité des bénévoles à venir lire des histoires aux plus jeunes sur plusieurs aires du réseau VINCI Autoroutes vendredi 19 et samedi 20 juillet. Ces lecteurs passionnés transmettent à la fois le goût de lire et le plaisir de tisser des liens entre générations.

image

Aires accueillant des bénévoles de l’association Lire et faire lire :

  • Aire de Sarthe Sargé le Mans nord (A11), sens Paris-province : vendredi 19 juillet de 12h à 17h
  • Aire de Saint-Rambert d’Albon ouest (A7), accessible dans les 2 sens : vendredi 19 de 12h à 15h et samedi 20 juillet de 9h à 13h
  • Aire d’Ambrussum nord (A9), direction l’Espagne : vendredi 19 juillet de 11h à 15h30 et samedi 20 juillet de 10h30 à 15h30
  • Aire de Port-Lauragais (A62) accessible dans les 2 sens : vendredi 19 et samedi 20 juillet de 11h à 16h

Un marque-page pour rappeler les conseils de sécurité et relayer l’appel à bénévoles de l’association Lire et faire lire.

Avec chaque livre offert, un marque-page sera remis aux lecteurs comportant au recto des conseils pour prévenir les risques de somnolence et d’inattention au volant et au verso un appel à lecteurs bénévoles pour rejoindre l’association Lire et faire lire.

Retrouvez ici la carte des 27 « Espaces lecture » sur lesquels vous pourrez choisir votre livre pour voyager.

  • Soie, Alessandro Baricco

« 1861, Hervé Joncour avait pour métier d’acheter et de vendre des vers à soie. Une activité qui le conduisait à voyager au loin. Très belle fable sur la lenteur, l’étrangeté des échanges et le sens de la vie.»

  • D’autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère

«Un homme et une femme se rencontrent au même moment de leurs vies: ils sortent de deux drames. Tout est vrai. Chaque phrase est poignante. Qu’est-ce que vivre ?»

  •  L’homme-Joie, Christian Bobin

«Le formidable biographe de saint François d’Assise raconte ici toutes sortes de gens qu’il aime. La joie est plus nécessaire que le bonheur, plus nourrissante que le plaisir. La joie est généreuse comme la lumière.»

  • Désert, J.M.G. Le Clézio

« Pour moi le plus beau livre de J.M.G. (et la concurrence est rude). Deux histoires s’entrecroisent. Celle de Nour, un Touareg. Celle de Lalla, marocaine. L’exil les attend. Quand un roman incarne l’immigration.»

  • Chroniques, Bob Dylan

«D’accord, on peut regretter que Leonard Cohen n’ait pas AUSSI reçu le Nobel. Mais le chanteur-poète est AUSSI un formidable observateur du monde. Occasion de relire Choses vues de Victor Hugo.»

  • Dans les forêts de sibérie, Sylvain Tesson

«C’est le récit d’un séjour solitaire de février à juillet 2010, dans une cabane au nord-ouest du lac Baïkal. Robinson Crusoé en plein cœur de la Russie la plus sauvage. Écologie, lectures, vodka et philosophie fraternelle.»

  • Le ravissement de Lol V. Stein, Marguerite Duras

«Un chef-d’œuvre. Envoûtante histoire d’amour. Un homme veut savoir l’impossible : qui est la femme qu’il aime. Il enquête et imagine. Un bal. Son mariage manqué. Sa détresse. Des voyages et des retours. Sur fond colonial. Le roman, comme l’amour, est un mentir vrai.»

  •  Vers le phare, Virginia Woolf

« Autre chef-d’œuvre qui prend l’allure trompeuse d’un récit de vacances. Un été dans une île au large de l’Écosse. Un enfant rêve d’aller visiter le phare. On se prépare pour l’expédition. Mais qui décide ? Et qui veut quoi, au fond ? Et qui s’aime et qui se déteste ? Bref : portrait de famille tandis que la guerre approche.»

  •  Les vagues, Virginia Woolf

« Six personnages racontent la même histoire, dans le même paysage. La diversité des points de vue montre comme est diverse la réalité, et mouvante, comme les vagues. Fascinante virtuosité jamais gratuite, pour avancer toujours vers ce but jamais atteint: la vérité.»

  • Pastorale américaine, Philip Roth

«Qui est vraiment Seymour Levov, riche patron, Juif marié à une goy, parfait exemple de la réussite américaine ? Tout irait pour le mieux si ne leur était née Merry, une révoltée contre, notamment, la guerre du Vietnam. Elle commet un attentat, une mort s’ensuit, toutes les polices la recherchent. Qu’est-ce que l’innocence ? Pourra-t-on un jour retrouver le bonheur perdu ? Extraordinaire portrait des États-Unis. Prix Pulitzer 1998.»

  • La jeune fille à la perle, Tracy Chevalier

« Qui est cette demoiselle peinte par Vermeer en 1665 ? Voici l’histoire d’un tableau, l’un des plus célèbres qui soient. Á quoi ressemblaient ces Pays-Bas où vivait l’artiste ? De quelle nature sont les liens vite tissés entre le peintre et son modèle ?»

  • Outre-terre, Jean-Paul Kauffmann

«Pour ceux qui se passionnent pour Napoléon, pour la Géographie. Et pour ce qui reste de l’Histoire. L’auteur emmène sa famille en Prusse très orientale sur les lieux de la bataille du 8 février 1807. C’est une enclave russe entre Pologne et Lituanie. C’est à Eylau que fut considéré comme mort le colonel Chabert. Avant de revenir dix ans plus tard, comme le racontera Balzac.»

  • La grande arche, Laurence Cossé

«Ancien conseiller culturel de François Mitterrand, j’étais en charge de ses Grands Travaux. Je peux donc affirmer que TOUT ce que raconte Laurence Cossé sur la construction de la Grande Arche de la Défense est VRAI. Pas mieux qu’un roman pour s’insérer dans le Réel, et en extirper la Vérité.»